samedi, novembre 04, 2006

Extinction des poissons de pêche marine d'ici 2048

seafood global loss

Une étude publiée hier dans Science annonce que, si on ne change rien à nos façons de faire, les poissons de pêche auront complètement disparu d'ici 2050. Il n'y aura plus dans les océans aucun poisson sauvage à pêcher.

La perte de biodiversité planétaire réduit profondément la capacité de l'océan à produire du poisson, à résister aux maladies, à filtrer la pollution et à récupérer sous la pression du changement climatique et de la surpêche.

"A moins qu'on change radicalement la façon dont on gère les espèces marines tous ensemble en tant qu'écosystème, alors ce siècle sera le dernier siècle où existera le poisson sauvage", déclare Stephen Palumbi, professeur de sciences biologiques à l'Université de Stanford.

Sur la base des tendances actuelles, les auteurs de cette étude prédisent que toutes les espèces de poissons comestibles - du thon à la sardine - va disparaître d'ici 2050. Ils entendent par "disparition" l'extinction de 90% de la population de référence de l'espèce concernée.

C'est la première fois qu'une étude de cette ampleur est conduite. Les 14 chercheurs auteurs de l'étude ont analysé 32 expériences, ont analysé les observations sur 48 zones marines protégées, ont étudié la base de données de la United Nations Food and Agriculture Organization sur tous les poissons et les invertébrés sur la période 1950 - 2003. Ils ont aussi compilé des données sur les 1000 dernières années sur 12 régions côtières, en reprenant des archives, des relevés de pêche, des analyses de sédiments et des sources archéologiques.

La conclusion c'est que, chaque espèce qui disparaît crée un affaiblissement de l'écosystème global parce qu'elle perturbe la chaîne alimentaire et l'équilibre biologique de l'océan. Il est donc impossible de "gérer" individuellement une espèce de poisson particulière en ignorant tout le reste. L'océan ne peut être sauvé que par une action globale.

A ce jour, on a déjà épuisé un tiers des espèces marines. Et ça ne peut qu'aller qu'en s'accélérant, sauf si on agit à temps.

Il est encore possible de renverser la tendance. Dans les zones protégées où la pêche a été interdite ou sévèrement contrôlée, on a pu constater le retour de la biodiversité. Et, du coup, les populations peuvent pêcher à nouveau du poisson autour de la zone protégée, qui agit comme un sanctuaire et un réservoir de vie.

La morue des Grands Bancs de Terre Neuve a déjà disparue. Il faudrait agir avant que ce qui reste des poissons de la Mer du Nord fassent de même. Il serait bon que les ministres de la pêche Européens prennent leurs responsabilités.

Pour en savoir plus :
1. Impacts of Biodiversity Loss on Ocean Ecosystem Services (Science)
2. Ocean study predicts the collapse of all seafood fisheries by 2050 (Stanford University)
3. Losing species (Dalhousie University)
4. 'Only 50 years left' for sea fish (BBC news)
5. All seafood will run out in 2050, say scientists (Telegraph)
6. Report Warns of ‘Global Collapse’ of Fishing (New York Times)

Sur le même thème :
1. Les huit extinctions de masse de l'histoire de la Terre (Gaïa - 30 septembre 2005)
2. Extinction des amphibiens (Gaïa - 15 juillet 2006)
3. Extinction des mammifères : les prochaines zones à risques (Gaïa - 12 mars 2006)


Crédit graphique : Science via BBC news

Libellés : ,

3 Comments:

Blogger Patrick said...

Oui, ça, c'est sans doute un vrai problème. Un sujet sur lequel WYSEAIWYG pourrait phosphorer ! Exemple : développement de la pisciculture au large des côtes pour fournir des poissons sans toucher à la ressource naturelle, et sans trop polluer le littoral...

dimanche, 05 novembre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

Merci de revenir sur Wyseawyg
Ne doutez pas un seul instant que cette fondation verra le jour un jour.

GAG:
Au sujet de la surexploitation des populations de poissons de peches, je vous recommande page 6 de Pour la Science deDecembre 2006 qui explique " au sujet d'un articile surles statistiques "terribles statistiques" que la population des anchois pechées dans le monde a baissé depuis 1988, contrairement à ce qu'on pensait officiellement: le chiffre officiel était surélevé parce que les statistiques chinoises étaient biaisées. Et elles étaient biaisés parce que les dirigeants locaux du Parti étaient récompensés au rendement, lui meme reconnu d'après les statistiques.
Il est temps que nous fasssions revenir les cryptocommunistes en Bretagne. Patrick il faut que tu votes pour Arlette ou Besancenot!

PLus triste:
Cetarticle indique comment sur la base d'une méthologie statistique développée à l'unuversité John Hopkins, on a pu monter que l'intervention en Irak était responsable de 655 000 morts., dont 600 000 de morts violentes.
au grand dam de Bush,qui a déclaré cette méthodologie "discréditée" . La aussi, la ligne du Parti...

vendredi, 24 novembre, 2006  
Blogger https://marketinghockey.wordpress.com/ said...

En tant que mordu de la pêche, cette étude m'alarme au plus haut point.
La surpêche est de plus en plus grave et ce n'est pas prêt de changer. L'engouement pour les sushis et l'augmentation des populations côtières pour qui la pêche est nécessaire à leur survie ne fait qu'aggraver le problème. Au Québec, plusieurs lacs sont ensemencés afin d’améliorer la pêche sportive. Cette technique, qui coûte extrêmement cher, serait sans doute impossible pour les océans.
La survie de certaines populations dépend en partie des poissons. C'est pourquoi nous devons tout faire en notre pouvoir pour protéger les poissons contre la surpêche.

mardi, 03 avril, 2012  

Enregistrer un commentaire

<< Home