dimanche, octobre 15, 2006

Shishmaref va être évacué

herbie-nayokpuk

Herbie Nayokpuk a 77 ans. C'est un artiste. Il est Esquimau Inupiak et a toujours vécu à Shishmaref, ce petit village au nord ouest de l'Alaska, au bord du détroit de Behring. Il fait des très belles sculptures qu'il est fier de nous montrer.

un-homme-conduit-son-fils.jpg

La vie est dure à Shishmaref, mais c'est leur vie, leur identité. Ca fait 4000 ans qu'ils vivent ici, sur leur île du bout du monde.

Shishmaref island

Cette île mesure 600 mètres de large sur 5 kilomètres de long, et elle est intégralement composée de permafrost, du sable gelé. Et, à cause du réchauffement climatique, le permafrost se dégèle, l'eau de la mer monte, et les tempêtes deviennent de plus en plus violentes.

Shishmaref

Alors le village s'effondre dans la mer progressivement, et le conseil du village a décidé d'évacuer Shishmaref pour aller s'installer à Tin Creek, à 18 kilomètres de Shishmaref plus à l'intérieur des terres.

Pendant que sur ce blog, nous débattons confortablement pour décider si oui ou non il y a un réchauffement climatique, Herbie Nayokpuk, lui, il fait ses valises, obligé de quitté son village où ses ancêtres ont vécu pendant quatre mille ans ...

Pour en savoir plus :
1. Le réchauffement de la planète fait fondre un village esquimau de l'Alaska (Yahoo news)
2. Melting Arctic Ice Forces Alaskan Village To Evacuate (All Headline News)
3. Mayor feels heat of global warming (The Columbian)
4. L'île de Shishmaref (Google maps)

Crédit photos : Gabriel Bouys et Google Earth

Libellés : , ,

1 Comments:

Blogger Patrick said...

Pathétique... Encore un coin de paradis qui disparaît...

Consolons-nous en imaginant ces pauvres déplacés passer le seuil de leur nouvelle maison à... un million de dollars (si, si, lisez l'article de Yahoo News, et calculez : 200 millions de dollars pour 200 familles, ça fait 1 million de dollars par famille). Ca les changera un peu des misérables masures qu'ils occupent actuellement !

Bon, c'était de l'humour à deux sous, mais quand les journalistes impriment des âneries, on a bien le droit de s'en amuser, non ?

dimanche, 15 octobre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home