samedi, octobre 14, 2006

Si l'espèce humaine disparaissait ...

If humans disappeared 410

Un article publié avant-hier dans NewScientist se pose la question suivante : "Que se passerait-il si l'espèce humaine disparaissait immédiatement ?" Les réponses qu'ils donnent à cette question sont assez fascinantes.

Pour résumer ce qui se passerait, le plus simple est de reprendre l'article publié dans le Times, et plus particulièrement le diagramme ci-dessus publié avec l'article (cliquez sur l'image pour la voir en grand format).

Donc, l'hypothèse est la suivante : les 6,5 milliards d'êtres humains qui vivent sur la planète Tere disparaissent d'un coup. Que se passe-t-il ?

- Immédiatement : La plupart des espèces menacées d'extinction commencent à récupérer.

- 24 à 48 heures : Fin de la pollution légère.

- 3 Mois : Baisse de la pollution de l'air (oxyde d'azote et oxydes de soufre)

- Sous 10 ans : Disparition du méthane dans l'atmosphère.

- Sous 20 ans : Les routes de campagne et les villages disparaissent sous la végétation. Les OGM disparaissent.

- Sous 50 ans : Les poissons reviennent à leur population normale. Les nitrates et le phospates disparaissent de l'eau potable.

- 50 à 100 ans : Les villes et les rues des villes disparaissent sous la végétation

- 100 ans : Le maisons en bois tombent en ruine.

- 100 à 200 ans : Les ponts s'écroulent.

- Sous 200 ans : Les buidings en verre et métal s'effondrent. Les champs de blé et de maïs redeviennent de la prairie.

- Sous 250 ans : Les barrages s'effondrent.

- Sous 500 ans : Les barrières de corail se régénèrent.

- 500 à 1000 ans : Les décharges organiques sont "digérées" par l'environnement en majeur partie.

- 1000 ans : La plupart des constructions en brique, en pierre et en ciment sont en ruines. Le C02 dans l'atmosphère est revenu à son niveau pré-industriel.

- 50 000 ans : La majeure partie des verres et des plastiques sont dégradés.

- Après 50 000 ans : Les traces du passage de l'espèce humaine sur Terre se résume à quelques restes archéologiques ... mais certains déchets chimiques créée par l'homme vont mettre plus de 200 000 ans à disparaître, et les déchets nucléaires resteront toxiques pendant plus de deux millions d'années.

Pour en savoir plus :
1. Imagine Earth without people (NewScientist)
2. 200,000 years for all trace of Man to vanish from the Earth (Times Online)
3. Les huit extinctions de masse de l'histoire de la Terre (Gaïa)

Crédit image : The Times Online via Treehugger

10 Comments:

Blogger Patrick said...

Amusant. Mais si on n'est plus là, tout ça n'a guère d'importance... Si ?

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Bonne remarque ! Ce qui me plaît dans cette étude, c'est qu'elle incite fortement à la modestie.

"Vanitas vanitatum omnia vanitas" ...

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Le problème est dans l'énoncé : comment disparaissent d'un coup 6.5 milliards d'humains ?
Si c'est par vitrification à l'arme nucléaire, le sénario qui suit est un peu différent, au moins sur le court terme.

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : En fait peu importe la façon dont ils disparaissent. C'est juste une hypothèse d'école permettrant de souligner la durabilité de notre impact sur la planète, et comment elle varie d'un élément à l'autre. On constate par exemple que les décharges organiques mettront beaucoup plus de temps à disparaître que les ponts et les barrages ...

Nos "traces archéologiques" les plus prérennes sont nos dépotoirs ...

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Philippe Piriac said...

ce que je ne comprends pas c'est qu'il faille 40 ans pour faire disparaitre les villes sous la végétation et qu'il faille si peu de temps à ma pelouse pour m'inciter à la tondre...

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Le problème Luc, c'est que pour moi c'est plus qu'une hypothése d'école, mais une quasi certitude...du futur assez proche!
Mais comme dis Patrick çà n'a guère d'importance.
Ce qui est important et qu'une fois de plus il va falloir tondre cette foutu pelouse...
Mets du gravier Philippe, un petit coup de desherbant une fois l'an et t'es pénard, mais çà fait mal aux pieds nus par contre.
Bonsoir à tous les Sisyphes de la tondeuse!

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

On voit bien que ce sont des ricains qui ont fait cette "étude". Invitons-les à venir admirer le pont du Guard, qui a tout juste 20 siècles et qui est toujours debout, ou envoyons-les voir les Pyramides d'Egypte qui ont 4600 ans, ou le temple d'Abou Simbel (3300 ans)...

dimanche, 15 octobre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Patrick : oui d'accord le Pont du Gard et les Pyramides mais on entretiendrait pas un tout petit peu notre patrimoine ? ne serait qu'en désherbant ?

Je trouve la végétation d'une puissance incroyable. Impressionnant de voir comment les plantes prennent possession d'une ruine et la font disparaitre - enfin ça dépend des régions évidement ! ça ne marche pas dans les zones arrides....

lundi, 16 octobre, 2006  
Blogger Jack said...

Patrick :
Les pyramides ont perdu toute leur couverture ou presque, pas de graines dans le secteur qui pourraient germer dans les interstices, nous sommes aux portes du désert.
Le pont de Gard a subi de sérieuses réparations à plusieurs reprises en particulier fin XIX : il est intéressant de visiter les restes de l’aqueduc dans sa partie terrestre, on peut y mesurer les outrages du temps. Il reliait Uzès à Nîmes et il en manque de sacrés morceaux : les hommes ont aussi sans doute beaucoup contribué en y volant des pierres, comme c’était courant avant que les vielles pierres de soient à la mode.
Abou Simbel a été entièrement découpé et déménagé : c’est plus qu’une restauration. Je crois aussi savoir qu’à son précédent emplacement ce temple était pas mal ensablé, çà conserve.
Comme dit Betty çà dépend : le bagne de Cayenne a été ferme après la seconde guerre mondiale et de grands arbres se dressent déjà au milieu des cellules, à la fin de ce siècle, il ne restera rien.

lundi, 16 octobre, 2006  
Blogger Patrick said...

Jack, pour les pyramides, l'érosion n'y est pour rien : il s'agit de pillage... Les pyramides étaient habillées de très belles plaques de marbre qui ont été détachées et revendues au cours des siècles. Il en reste quelques unes tout au sommet, trop haut pour les pillards... Pareil pour les pyramidions en électrum (alliage d’argent et d’or), qui chapeautaient les obélisques... (on a rhabillé celui de la place de la Concorde en 1998 - on sait que le pillage de cet obélisque remonte au VIème siècle).

Mais, bon, mes remarques n'étaient là que pour plaisanter : c'est vrai que la nature a tôt fait de prendre le dessus sur nos misérables constructions humaines...

samedi, 21 octobre, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home