lundi, novembre 27, 2006

France Europe Express du 26 novembre

Dans son émission France Europe Express du 26 novembre, Christine Ockrent a invité Nicolas Hulot à débattre de son Pacte Ecologique avec Jonas Gahr Store (Ministre norvégien des Affaires étrangères), Jean-Louis Bianco (Député PS des Alpes-de-Haute-Provence), Nathalie Kosciusko-Morizet (Députée UMP de l’Essonne), Jacques Attali, Jean-Marc Jancovici (Ingénieur conseil) et Xavier de Bayser (Président d’IDEAM).

Pour ceux qui ont raté cette très intéressante émission, on peut la voir ici.

Et, surprise ... à la 47ème minute, on parle de Gaïa :



Impressionnant !

En tous cas, je confirme : Nicolas, je suis avec toi !

Pour en savoir plus :
1. France Europe Express du 26 novembre (France 3)
2. lien direct sur la vidéo (fichier .wmv)

Crédit vidéo : France 3

19 Comments:

Anonymous Anonyme said...

bonjour.
juste quelques précisions à obtenirsur vos réflexions:
Argent, patrimoine, revenus du capital et du travail, comment va t'on partager pour payer les augmentations des taxes (justifiées)écolo?
LES RICHES d'aujourd'hui ne sont ils pas les plus responsables de l'emballement irraisonnable d'hier?
Que va t'on dire aux nouvelles générations sortant d'écoles de commerces superformés voulant faire fortune comme leurs parents et arrière parents?
QUEL EST LE NERF DE LA GUERRE,ET A QUI PROFITE LE CRIME?
encore 1 question: les déos et shampoings "USHUAIA" ont ils une quelconque relation financière avec nicolat Hulot?
TAO TE KING, LAO TSEU voilà la voie vrai!

lundi, 27 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Ratdô : Bonnes questions !

(1) Comment va-t-on partager les taxes écolo ? Je ne sais pas. Ce que je sais surtout c'est qu'il va falloir changer radicalement de mode de vie, et plus on attendra, plus ce sera difficile.

(2) Les responsables ? Je pense pour ma part que c'est l'espèce humaine dans son ensemble, avec son mépris pour la nature qui nous entoure, riches et pauvres, pays développés comme pays en voie de développement. On est tous responsables du premier au dernier ...

(3) Que va-t-on dire aux nouvelles générations ? Que la quête de la "fortune" à tout prix, c'est peut-être pas ça le plus important dans la vie, et certainement pas ça qui rend heureux. Tous les lecteurs du Tao savent ça ... Il va falloir sans doute revoir pas mal de choses dans les échelles de valeur qui ont actuellement cours dans notre société.

(4) Les déos et shampoings "Ushuaïa" ? Je pense que ce sont des produits sous license TF1. Que TF1 vende des produits de marque Ushuaïa ou pas, je pense que cette question est très secondaire par rapport aux enjeux qui concernent l'avenir de la planète sur laquelle devront vivre nos enfants et nos petits enfants, vous ne trouvez pas ?

lundi, 27 novembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

J'avais envoyé ce mail à notre Nicolas national ( pas le Sarko, le Hulot) ni le Nicholas british

Cher Monsieur Hulot,
Pour suivre vos conseils et faire un geste pour notre planète nous avons pris ma femme et moi les résolutions suivantes
-pour économiser l'eau nous ne tirons plus systématiquement la chasse d'eau; personnellement je vais la plupart du temps dans le jardin; nous avons aussi réduit la fréquence et la durée de nos séances de douche; mais ce n'est pas sûr que ce soit une bonne action pour la planète vu qu'on utilise nettement plus de bombes de déodorant propulsées par du méthane.
-pour économiser le courant électrique nous réduisons les radiateurs au minimum : couverture devant la télé, mais de ce fait on s'endort souvent et elle marche jusqu'au milieu de la nuit; pour aller au lit on met des chaussettes et on fait l'amour dans le noir: bonjour la libido.
-pour économiser le gaz, nous faisons de plus en plus de cuisine sur le barbecue avec du bois ramassé dans la forêt; ma femme est très contente , mais pas tellement les voisins
-enfin pour économiser de l'essence on marche beaucoup et on fait du vélo; cela nous fait beaucoup de bien et pour sortir on prend les transports en commun et cela nous occupe bien les week-end.
Avec tout ça , nous avons fait pas mal d'économies et nous voudrions savoir ce que nous devons en faire; moi j'aimerais bien faire un safari au Kenya et survoler les troupeaux de buffles en hélicoptère comme vous nous l'avez montré à la télé, mais ma femme préfèrerait passer huit jours à se réchauffer au soleil des Caraîbes
Merci encore pour vos émissions et bonne campagne

Vous savez ce qu'il a répondu: les voyages en avion sont parmi les plus gros émetteurs de GES, faites donc un don à ma fondation et passez par la boutique


quel culot ce hulot


trève de plaisanterie

Le business autout du réchauffement de la planète me fait vomir

Les scientifiques en premier, ont compris que le réchauffement de la planète était une mine d’or ; sinon on continuerait à observer et interpréter l’évolution du globe honnêtement et impartialement ; mais si vous prenez le contre pied du consensus actuel , vous n’avez plus de crédit , vos publications, vos missions sont refusées ; et si vous arrivez à vous faire entendre, vous voyez ce qui est arrivé à Allègre par exemple. Ce qui permet à l’un de se rappeler à la société scientifique, clôturerait la carrière d’un jeune doctorant. Ce n'est pas mon cas rassurez vous, je n'ai aucun intérêt dans tous ces débats.
Le réchauffement de la planète est donc devenu un business qui intéresse tout le monde : scientifiques, journalistes ,économistes, politiques , industriels etc…depuis que les mesures gouvernementales associent des réductions d’impôts à certains investissements économisant l’énergie, les appareils ont derechef augmenté de marges équivalentes . Allez donc acheter vos panneaux solaires à l’étranger.
Il n’y a pas trente six solutions si l’on veut réduire nos émissions de CO2 ; il faut moins consommer ; mais quel économiste, quel politique tiendra ce langage alors que tout ce monde cherche la croissance ; êtes vous d’ailleurs prêt vous-même à vous serrer la ceinture alors que le monde entier aspire au niveau de vie ou de gaspillage des Américains ?
Quelle hypocrisie dans toutes ces attitudes ! Mais il n’y a pas de souci à se faire : le peak oil approche, le prix du baril va encore augmenter ce qui évitera aux gouvernements la difficile tâche d’une taxation supplémentaire ; je suis persuadé que lors de la prise de conscience, la frénésie de la consommation va s’installer un temps (c'est peut-être le cas actuellement) avant que la croissance mondiale se ralentisse d’elle-même par la suite.

Le problème , c’est que les hydrocarbures c’est comme les armes : il y a toujours quelqu’un pour les produire et les vendre au meilleur marché ; la différence c’est que du pétrole il n’y en aura plus dans trente ans, alors que des armes il y en aura toujours .

Mais toutes ces agitations à propos des mesures à prendre ou ne pas prendre ne me tracassent pas outre mesure puisque je pense que le CO2 est pour pea nuts dans les changements climatiques actuels.
Le seul intérêt que je vois à faire peur aux gens en remuant le spectre du réchauffement, c’est de les amener à financer le plus tôt possible les recherches pour les énergies de remplacement et ne pas attendre les méfaits de la crise énergétique qui feraient pâlir toutes les conclusions les plus catastrophiques de Monsieur Nicholas Stern.
Je ne crois pas non plus à Iter, et espère d'ailleurs que ce projet n'aboutisse jamais: vu la mentalité humaine, mettre entre ses mains une énergie illimitée, signifierait de facto la fin du monde (je laisse aux amateurs de science fiction le soin d'imaginer cette apocalypse)
J'espère que parmi les retombées ( non radioactives) de ce projet il y aura quelques avancées dans le développement du solaire traditionnel
Je pense d'ailleurs que passer de notre économie basée sur les hydrocarbures à une économie basée sur l'hydrogène ne changera pas grand chose au problème de l'effet de serre, puisque l'augmentation de la vapeur d'eau et de l'humidité de l'air qui sont sans doute actuellement autant responsables du réchauffement que le CO2 voire plus, ne fera que croître encore davantage.

mardi, 28 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Frédéric : Je récapitule, dans l'ordre, les arguments développés dans ce commentaire :

(1) Agir à notre niveau pour faire des économies d'énergies, c'est inutile et même contre-productif. (Excellent le coup d'aller faire ses besoins dans le jardin !)

(2) Nicolas Hulot est discrédité vu qu'il survole le Kenya en hélicoptère. (éculé, mais efficace ...)

(3) Les scientifiques qui publient ces études sont tous des hypocrites qui pensent rien qu'à se faire du fric. (Pour le couplet "si vous prenez le contre pied du consensus actuel , vous n’avez plus de crédit , vos publications, vos missions sont refusées", c'est assez risible. Il faut savoir que les lobby pétroliers sont prêts à faire un pont d'or à toute étude qui discréditera les résultats scientifiques publiés actuellement ... )

(4) Le CO2 n'a aucune incidence sur le réchauffement climatique, vu que c'est seulement la vapeur d'eau qui compte (thèse chère à l'excellent Claude Allègre dont on a déjà longuement parlé ici).

Merci donc pour ce commentaire qui est une excellente synthèse de tous les arguments développés par ceux qui, pour des raisons diverses et variées, prétendent que ceux qui essayent de se battre contre le réchauffement climatique ont tout faux ! Je pense qu'aucun argument n'a été oublié.

Très édifiant ...

Pour ma part, je continuerai à me pencher au chevet de notre planète, tout en observant les réactions de l'espèce humaine à ce qui est en train de se passer. Dans ce cadre là, j'avoue que je trouve ce commentaire plutôt instructif, et qu'il documente très bien le refus des êtres humains à regarder les choses en face et à prendre en main leur destinée ...

mardi, 28 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Merci Luc pour ce lien donnant accès à ce débat remarquable.
Je suis content d’avoir fait connaissance avec Jean-Marc Jancovici , dont nous avions parlé ici. (même s’il n’a eu que très peu la parole)
J’ai remarqué que Gaïa est devenu une vedette médiatique.
J’ai entendu de nombreuses propositions intéressantes : çà fait du bien et nous change des traditionnels débats politiques stériles.

mardi, 28 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Nicolas, Président ! Mais je ne préciserai pas lequel !

mercredi, 29 novembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

Luc , tu me plais (excuses moi du tu, mais il me semble que sur les blogs le tutoiement est de rigueur)
1°Il est évident que agir à son niveau est inutile et contre productif; c'est d'ailleurs ce que l'on a reproché à Nicolas ; sans consensus sur la politique énergétique mondiale, pas de salut; à ton propre niveau cela veut dire que ta paye , tu la mets au panier, tout comme tes rêves de vacances en Polynésie; c'est pas les rêves , mais les raisonnements qu'il faut pousser au bout et vivre en harmonie avec eux. Le problème de la société de consommation, c’est justement qu’on pousse tout le monde à rêver à aller au bout de ses rêves.
Heureusement que je n'ai pas attendu Gaia ou Hulot, pour faire pousser des salades dans le jardin, arroser celui-ci avec l'eau du puits, composter mes déchets, me chauffer au bois, mettre mon vin en bouteille moi-même et j'en passe et surtout arrêter de bosser quand j’ai jugé que j’en avais assez pour assurer ma retraite.
2°Oui Nicolas Hulot est discrédité; il n'aurait jamais dû faire autre chose que ses films sur la Nature ce qu'il faisait avec un art inégalable; mais jouer au donneur de leçons pour la préservation de la nature, c'est comme si on demandait au dentiste de nous soigner notre cerveau, comme le disent si bien les Américains à propos de Stephen Hawkings excellent astro- physicien, mais piètre connaisseur de la géosphère, lorsque celui-ci se croît obligé de donner un avis sur l'évolution climatique terrestre.
3°Oui, nombreux scientifiques sont des malhonnêtes, GIEC en tête; et je ne vois pas en quoi les pétroliers auraient une quelconque responsabilité dans ce problème ou un quelconque intérêt à s'immiscer dans ce débat: je ne pense pas, à titre de comparaison, que les pâtissiers se sentent responsables de la maladie de tous les obèses qui se promènent dans la rue; de toute façon les pétroliers sont parfaitement conscients que le peak oil est devant la porte, que leur pétrole et leur gaz, ils le vendront de toute façon et que la reconversion leur est un devoir, non seulement pour leurs employés et leurs actionnaires, mais aussi pour les clients que nous sommes.
4°ceci est faux et d'une, et je n'ai pas affirmé ceci et de deux; le problème, c'est que personne ne sait quantifier la part du CO2 dans les 0.6°C gagné dans le dernier siècle, siècle pendant lequel on a brûlé la moitié de la dotation pétrolière du globe. Par ailleurs les extrapolations pour le siècle à venir sont pour le moins farfelues puisque la plupart ne tiennent pas compte des réserves fossiles, mais seulement d'impératifs économiques assortis de rétroactions climatiques exclusivement positives.

Ceci étant, votre combat, il est perdu d'avance: mêmes les prévisions les plus optimistes du GIEC devraient vous en persuader; mais je vous soutiens entièrement dans les batailles à mener, mais pas pour les mêmes raisons, comme exprimé dans mon précédent commentaire.
Si vous voulez vraiment faire quelque chose pour le climat, essayer de résoudre le problème de la démographie et celui de l'égalité des chances.

Sans rancune
frederic

mercredi, 29 novembre, 2006  
Blogger Patrick said...

Décidément, ce Frédéric n'a rien compris. Son langage est tout à fait politiquement incorrect. Je suggère qu'on le mette au pilori - ou mieux qu'on rétablisse à son intention le supplice de la roue - on n'arrêtera le traitement que lorsqu'il se convertira au dogme du réchauffemment, et qu'il s'agenouillera devant Nicolas Hulot. D'ailleurs, il ne fait aucun doute qu'il est à la solde des compagnies pétrolières (on peut toujours le dire, ça ne mange pas de pain).

P.S. : Pour ceux qui en seraient totalement dénué (j'en ai rencontré), ce qui précède est de l'humour.

mercredi, 29 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Frédéric : Sympa. Ca fait plaisir une réponse comme ça : objective, argumentée, constructive !

D'ailleurs, je suis bien sûr d'accord avec toi sur le fait le problème principal auquel est confronté notre planète, c'est la démographie. (voir ici et ici).

Mais je ne vois pas ce que l'égalité des chances a à voir dans l'équation ...

Quant aux rêves, je ne suis évidemment pas d'accord avec toi. Ce qui fait la beauté de l'homme, c'est qu'il est libre. Tu peux faire ce que tu veux, mais tu ne sais pas forcément. Surtout parce que c'est un truc que l'on ne dit pas aux gens (normal, sinon ça serait le bordel !).

Si tu veux aller vivre en Polynésie, tu peux. T'as juste qu'à décider, c'est tout. Et ce n'est pas une question de classe sociale, d'égalité de chance ou quoi ou qu'est-ce. C'est juste une question de volonté.

Et c'est comme ça pour tout.

Mais bien sûr, on a désappris aux gens à vivre et à prendre des risques. Moi, qui suis un baby-boomer (comme toi, sans doute), je sais de quoi je parle ...

En tous cas, je suis ravi de savoir que tu arroses les salades de ton jardin avec l'eau de ton puits. Moi, c'est pas encore le cas (pas le temps). Mais c'est bien.

J'ai mon Massacrier (Savoir Revivre) d'époque qui m'attend. Je le feuillette de temps en temps ...

Pour l'instant, si je fais ce blog, c'est pour contribuer à une prise de conscience collective sur ce qui est en train d'arriver à notre belle planète. Et, chaque fois que je tombe sur une étude scientifique (donc "discutable" au bon sens du terme) sur le sujet, je l'étudie, j'en fait un billet de synthèse en français, et je la publie ici. C'est ma modeste contribution à la chose.

Tu dis que mon combat est perdu d'avance. Tu as peut-être raison. Mais voilà : je suis un indécrottable optimiste, même si certains jours j'ai parfois un peu de mal ...

mercredi, 29 novembre, 2006  
Blogger Betty said...

@ Luc : absolument comme toi une "indécrottable" - c'est d'une élégance ! ;-) - optimiste qui a du mal certain jour.

Je pense que nous ne croyons pas tous à la même chose que nous nous exprimons de manières parfois diamétrallement opposées, mais que dans le fond nous agissons tous pour lutter contre une certaines idées du "gaspillage" de la "pollution" du "jmenfoustisme". Que ça soit par conviction par culture, avec optimiste, ou pessimiste qu'importe. Les uns plantent leur salades, les autres "produise" un blog (que j'estime de haute qualité) moi je réutilise mes sacs papiers et fait mes yaourts maison... qu'importe à chacun sa manière.

Ce que j'aime ici c'est cette volonté d'échanger et d'essayer d'être dans le discours constructif, étayé, intelligent et ouvert. Et c'est interressant car d'autre lieu qui se veulent militant sont, à mon sens, enfermé dans un discours ultra contestaire, pessimiste et défaitiste.

jeudi, 30 novembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

essa

jeudi, 30 novembre, 2006  
Anonymous Anonyme said...

Luc, tu parles de radicalité dans le changemens de nos modes de vie, mais dis-moi quelle radicalité Hulot prone t-il? Pas plus tard qu'il y a quelques mois, il faisait les pubs de LECLERC dans ma boite aux lettres. Est-ce bien radical que de faire la promo de la grande distribution?

Et puis, le nucléaire, le BTP, la finance, les publicitaires... en gros tout ceux qui profitent du défi pour la terre, qui leur procure si bonne conscience et que Nicolas n'a jamais dénoncé...

Cette élection est un tartuffade médiatique: Sarko, Ségo et maintenant Hulot qui nous parle de radicalité mais qu'on n'a jamais vu dans une vélorution, sur un champ d'OGM, dans une manif anti-nucléaire, dans une boutique bio.

Nicolas le radical qui a vendu sa marque USHUAIA aux polleurs TF1 et l'OREAL, marque de produits d'hygiène bardée de PEG, de parabens, de MEthyltruc et de Lauryl Sulfate machin...

Et le plus drôle c'est qu'il y a des gens pour le croire. Franchement , donne moi un micro, son salaire et tu vas voir... Moi aussi, je sais dire des choses qui plairont. Mais la réalité écologique, elle est ailleurs, dans les choses qui ne plaisent pas: arrêt des constructions de grands magasins, d'autoroute, fin du tout voiture, moins de pub sinon prohibition des 4x3 racoleurs, stoppage du gaspillage, remise en cause de la grande distribution, arrêt du nucléaire....

Vous croyez dans le Hushuaia propète? On en reparle dans un an. Moi je ne serais pas déçu mais vous, vous allez avoir le sommeil difficile.
Les beaux parleurs ne sont pas les acteurs. Les parleurs parlent, les faucheurs fauchent, et l'écologiste radical de toutes les façons, il ne regarde pas TF1. Le plus radical, il n'a même pas de télés. Bien loin des paillettes du défi du Médiaécolo.

jeudi, 30 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Alain : Merci pour ton commentaire bien "punchy", bien râpeux comme je les aime !

Je vais te dire un truc : si tu fauches des OGM en râlant contre Nicolas Hulot, moi, ça me va tout à fait ! :-)

Ce qui compte c'est d'agir. Le but c'est pas Hulot président, ou l'Oréal pour tout le monde. Le but, c'est notre environnement. Et pour l'instant, le Pacte proposé par Nicolas Hulot me semble être le levier le plus puissant pour peser sur l'élection présidentielle 2007.

Alors, pesons.

Et si dans un an on est déçu, eh bien tant pis. Au moins on aura essayé ...

jeudi, 30 novembre, 2006  
Blogger Jack said...

Ce que dit Alain, si j’interprète bien est qu’il faut aussi mettre ses actes en conformité avec ses propos, çà donne un vrai poids aux propos.
Tout le monde est d’accord là-dessus non ?
Tous autant que nous sommes, aimons prêcher la bonne parole et avons un peu plus de mal à l’appliquer, on a toujours une voiture un peu plus puissante qu’il n’est raisonnable, le vélo prends la poussière dans la garage, on chauffe douillettement son logis et on continue de fréquenter les grandes surfaces qui éreintent le tissus industriel à notre profit.(ce n’est pas si sûr).
Un des points soulevés dans le débat est l’opposition entre le rationnement qu’imposerait la situation et la foi irrationnelle dans le progrès technique qui arrive toujours à temps pour nous tirer d’affaire (l’automobile aurait sauvé Paris d’un océan de crotin...) et les progrès de l’internet vont nous dispenser de voyager...On fait déjà un peu çà sur ce blog, mine de rien.
J’ai signé la pétition, mais suis-je vraiment prêt à changer mon mode de vie de fond en comble ? Pas si sûr.
Les yaourts maison et le pipi dans le jardin, c’est à ma porté, mais s’il faut appliquer le « Savoir revivre » j’ai peur de ne pas être à la hauteur après une vie à nous « vautrer dans l’opulence de la civilisation de consommation »

Vous me direz il me restera toujours le « savoir mourir » à défaut...

jeudi, 30 novembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : Tu as toujours l'art de résumer de façon limpide les vrais problèmes auxquels nous sommes en butte. En quelques phrases tu as résumé tout le dilemne auquel nous sommes vraiment confrontés sur ce sujet.

T'ai-je dit que tu étais un sage ?

vendredi, 01 décembre, 2006  
Blogger Betty said...

Oui Jack est un sage, c'est tout à fait ça.
Je note une légère mutation de "l'écologie". Autrefois l'écologie c'était lutter contre la pollution donc il y avait opposition avec le dévelloppement économique.
Aujourd'hui il s'agit plutot de lutter pour justement pouvoir garder notre niveau de vie.
Car les ressources s'épuisent et personne ne veut retomber dans la pénurie, le rationnement et voir des produits de consommation courante devenir des produits de luxe (tel les fruits exotiques ou le cacao...)

vendredi, 01 décembre, 2006  
Blogger Jack said...

Pour ceux qui n’auraient pas la chance de le posséder (c'est mon cas) un passionné nous l’a mis sur la toile Savoir revivre par Jacques Massacrier.
Bonne lecture.

vendredi, 01 décembre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Jack : Ah ? Génial, ce lien ! Mais bon, comme je l'ai déjà dit, moi j'ai la chance d'avoir mon Massacrier d'époque. Hé hé ...

vendredi, 01 décembre, 2006  
Blogger florenm said...

Vous pouvez aussi retrouver le livre en bonne qualité sur http://www.savoir-revivre.org
Bonne lecture!

mercredi, 15 août, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home