samedi, mai 26, 2007

Nicolas Sarkozy applique le Pacte écologique de Nicolas Hulot

grenelle environnement.jpg

Le 22 décembre 2006, Nicolas Sarkozy avait signé le Pacte écologique de Nicolas Hulot. Puis il a été élu le 6 mai 2007. Le soir de sa victoire, il a déclaré que "La France fera de la lutte contre le réchauffement climatique sont premier combat."

Et, de fait, quand le vendredi 18 mai 2007, le gouvernement Fillon est annoncé, on constate que le N°2 du gouvernement, seul Ministre d'Etat, c'est Alain Juppé, ministre de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables, auquel est rattaché le secrétaire d'Etat chargé des Transports. Nicolas Hulot avoit souhaité un "vice premier ministre" chargé de l'environnement. Comme ce poste n'existait pas dans notre constitution actuelle, il n'était pas possible de faire mieux.

Et, dès le lundi suivant, le tout premier acte politique de Nicolas Sarkozy, c'est de convoquer à l'Elysée les ONGs le matin (Greenpeace, WWF, les Amis de la Terre, la Fondation Nicolas Hulot, la Ligue de protection des oiseaux (LPO), le Réseau Action climat (RAC), la Ligue ROC, la fédération France Nature Environnement (FNE) et Ecologie sans frontières) et des scientifiques l'après-midi, comme Jean Jouzel, Jean-Marie Pelt, ou le philosophe Edgar Morin, pour préparer le "Grenelle de l'Environnement" qui aura lieu la deuxième quinzaine d'octobre. C'était initialement prévu en septembre, mais ça a été reporté à la deuxième quinzaine d'octobre, le temps pour Nicolas Hulot de finir un tournage.

Nicolas Sarkozy a déclaré en ouverture de cette réunion préparatoire : "Le Grenelle de l'environnement ne sera pas un énième colloque pour constater l'urgence écologique et conclure qu'il faut agir. L'époque des colloques est derrière nous. Le temps est à l'action."

Alain Juppé, a annoncé la constitution de plusieurs groupes de travail préparatoire. Il a évoqué six thèmes : la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité et notamment les ressources halieutiques, les questions qui lient santé et environnement, l'aménagement rural et la politique agricole, la gestion des ressources naturelles, dont l'eau, et enfin la question de la gouvernance écologique.

"C'est quand même un moment-clé: on a en face de nous un ministre d'Etat qui a un territoire très large, on a un président qui nous dit à ce stade-là sa volonté et sa détermination. Je pense qu'on a de quoi travailler", s'est félicité Nicolas Hulot. Cette réunion est "un grand signe d'ouverture", a également estimé le président de Greenpeace Yannick Jadot.

L'écologie est enfin sortie de son ghetto et l'avenir de la planète est pris à bras le corps par notre nouveau président et son gouvernement. Saluons ce tournant historique et nécessaire, et on se donne rendez-vous fin octobre pour voir ce qu'il va sortir concrètement de ce "Grenelle de l'Environnement".

Pour en savoir plus :
1. Nicolas Sarkozy a signé le Pacte écologique de Nicolas Hulot (Gaïa)
2. Le gouvernement Fillon (Chez Luc)
3. L'écologie à l'Elysée: prise de contact "historique" et réussie (tsr)
4. Feu vert pour le Grenelle de l'environnement (Le Figaro)

Crédit photo : Keystone

6 Comments:

Blogger Patrick said...

C'est bien. Sur la forme, c'est un sans faute. Attendons donc ce fameux Grenelle de l'Environnement.

Personnellement, j'aimerais bien que la Loi Littoral soit confirmée et renforcée. Pas toi, Betty ?

samedi, 26 mai, 2007  
Blogger Betty said...

@ Patrick : oui absolument pour une loi littoral plus ferme. Je trouve d'ailleurs, le Finistére bien meilleur que le Morbihan sur le plan de la préservation de ses côtes.

@ Luc : Super contente de retrouver gaïa...

Plus généralement j'espére aussi que ce gouvernement reverra sa politique en ce qui concerne l'introduction d'aliments transgéniques en france.

lundi, 28 mai, 2007  
Blogger Ecolodujour said...

LEs débuts semblent prometteurs, tout comme l'attribution d'un maximum de compétences pour le ministère de Juppé. C'est une bonnée chose
PAr contre, maintenant que les médias ont bien relayé l'information, j'aimerai aussi qu'ils disent qu'à ce jour, aucun ministre du gouvernement FIllon n'a signé le PActe écologique de Hulot, à commencer par Juppé.....
Ce silence me laisse songeur...

jeudi, 31 mai, 2007  
Blogger Patrick said...

Tiens, oui, je viens de vérifier sur le Site de Nicolas Hulot (vendredi 1er Juin 2007). Alain Juppé, ministre d'État, ministre de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables et candidat à la députation dans la deuxième circonscription de Gironde, n'est pas signataire du "Pacte Ecologique Législatives 2007"...

Peut-être n'a-t-il jamais entendu parler du pacte Ecologique ?

vendredi, 01 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Cette histoire que Juppé n'a pas signé le pacte m'a turlupiné. J'ai donc fait l'effort de lire le Pacte en intégralité, et de façon attentive.

Maintenant, je comprends que M. Juppé ne l'ai pas signé. Sans doute l'a-t-il lu aussi. Et il a sans doute compris que, en conscience, il ne pouvait pas le signer, car la politique que son gouvernement allait mettre en oeuvre allait forcément à l'encontre de nombre d'articles du Pacte (par exemple au sujet des OGM, ou de la question du rétablissement de la vignette automobile, ou de la réduction de l'impôt sur le revenu et son remplacement par une fiscalité écologique, ou de la systématisation des procédures de démocratie participative, ou encore de la réorientation des subventions agricole, etc.).

A mes yeux, ça ne veut pas dire qu'il se contrefout de l'écologie. J'interprète sa position comme étant un refus poli de se faire dicter sa politique.

Du coup, le repris de justice Juppé remonte d'un tout petit cran dans mon estime. Encore deux ou trois coups comme ça, Alain, et tu redeviendras un homme presque respectable à mes yeux !

vendredi, 01 juin, 2007  
Blogger Patrick said...

Et ben voilà. Alain a du lire ce Blog, et il a réagi auusi sec. Son nom figure aujourd'hui parmi les signataires du Pacte.

Je retire donc mon appréciation précédente relative au repris de justice Juppé qui redescend d'un cran dans mon estime.

Que ne ferait-on pas pour se faire élire ? Il est vrai que Nicolas (le petit, pas le maigre) a menacé ses ministres de destitution s'ils étaient battus aux élections...

Ceci étant, croyez-vous vraiment qu'Alain Juppé va se laisser dicter sa politique par Nicolas Hulot ?

vendredi, 01 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home