samedi, décembre 03, 2005

Le Gulf Stream ralentit

En 2001 déjà, l'IPCC signalait dans son pavé Climate Change 2001: The Scientific Basis que le débit du Gulf Stream allait en ralentissant, et que différentes simulations basées pour 2100 sur 720 ppm de CO2 et une augmentation de 2,5°C donnaient les résultats du graphique ci-dessous :


En abcisse, les années 1850 à 2100. En ordonnée, les variations de débit, exprimés en Sverdrups (1 Sv = 1 million de m3/seconde). Actuellement, on est à 25 Sverdrups.

En avril 2004, la NASA a confirmé dans un article intitulé Satellites record weakening North Atlantic Current que le North Atlantic Current (le Gulf Stream) s'est considérablement affabli dans les années 1990, comparé aux années 1970 et 1980. Le satellite TOPEX/Poseidon permet des mesures d'altitude de l'eau très précises qui donne des indication précieuses sur les vitesses des courants. L'image ci-dessous a été prise par le satellite MODIS Terra et est un composite sur 8 jours de la température de la surface de l'océan Atlatique du 6 au 13 septembre 2001 :


La température en degrés Celcius est donnée par le code couleur en bas de l'image.

Sirpa Hakkinen du Goddard Space Flight Center explique que ces courants Nord Atlantique accélèrent et ralentissent de 20 à 30 % suivant un cycle de 12 à 14 ans.

Et le 1er décembre 2005, l'Université de Southampton vient de confirmer que le Gulf Stream avait ralenti de 30 % par rapport aux enregistrements qui étaient restés stables pendant les cinquante dernières années. Leur analyse, effectuée à 25° de latitude nord, montre que les courants océaniques, qui étaient restés stables autour de 20 Sverdrups en 1957, 1981, 1992 et 1998 ont brutalement chutés à 14 Sverdrups en 2004 !

Donc, c'est un fait confirmé : le Gulf Stream ralentit très fortement en ce moment.

C'est quand même relativement inquiétant, car qui dit arrêt du Gulf Stream dit mini ère glaciaire en Europe. Bon, ça ne sera pas "Le Jour d'Après", mais ça risque quand même d'arriver assez vite et assez fort. Et ceci bien que certains soutiennent que la douceur du climat en Europe n'est pas dûe au Gulf Stream !

Pour en savoir plus :
1. Could the Atlantic Current switch off? (University of Southampton)
2. Satellites record weakening North Atlantic Current (NASA)
3. Climate change in Atlantic larger than previously thought (NASA)
4. Britain faces big chill as ocean current slows (The Sunday Times)
5. Changes in Gulf Stream could chill Europe (CNN)
6. Est-ce que le Gulf Stream ralentit ? (RealCLimate)
7. Climate Change 2001: The Scientific Basis (IPCC)
8. Le Gulf Stream (alertes-meteo.com)
9. Effects of global warming (Wikipedia)

Crédit graphique : IPCC via alertes-meteo.com
Crédit photo : Ronald Vogel, SAIC pour NASA GSFC

Libellés :

7 Comments:

Blogger Jack said...

Alors, Patrick.
T’as vu s’il est fort Luc, en 3 coups de cuillère à pot, il te transforme l’effet de serre en nouvelle glaciation, il t’a coupé l’herbe de la contradiction sous le pied.

dimanche, 04 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Oui, je trouve quand même que tout ça tourne un peu au n'importe quoi. Ce n'est plus de la science, c'est du catastrophisme... Il y a eu un temps pour les films-catastrophes. Maintenant, c'est la science-catastrophe !

Avant hier, il y a eu une grosse tempête devant chez moi. Dois-je vraiment blâmer Bush pour celà ?

Tiens, ça me fait penser, j'irai voir demain comment le champ d'éoliennes qui est près de chez moi a résisté aux vents de 170 km/h...

dimanche, 04 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Le champ d'éoliennes a tenu : bonne construction!

vendredi, 09 décembre, 2005  
Blogger Luc said...

TIME vient de publier un article sur le sujet : Is Europe Due For a Big Chill?

mercredi, 28 décembre, 2005  
Blogger Patrick said...

Je viens de lire in extenso l'article de sept pages qui fait la couverture de "Pour la Science" d'octobre 2006 intitulé "Gulf Stream et douceur du climat européen" (Richard SEAGER, Directeur de recherche à l'Observatoire Lamont-Doherty de la terre, Université de Columbia).

Je résume : après sa découverte par le navigateur Ponce de Leon au début du XVIème siècle, l'officier de marine américain Matthew Fontaine Maury a estimé en 1855 que le climat tempéré de l'Europe de l'ouest était dû au Gulf Stream. Cette thèse étant frappée au coin du bon sens, elle a été rapidement et universellement adoptée. Pour enfoncer le clou, Maury ajoutait que ce phénomène faisait partie du grand dessein de Dieu pour que l’Europe reste tempérée. Et tout le monde d’applaudir.

Seulement voilà, elle est fausse. Les mesures objectives montrent que l'essentiel de la chaleur reçue par l'Europe de l'ouest est véhiculée par l'air, pas par la mer. La rotation de la terre induit globalement des vents dominants allant du Sud-Ouest au Nord-Est aux latitudes tempérées. La chaleur des tropiques est ainsi amenée sur les côtes d'Europe (et d'Amérique du nord) par les vents.

Je m'étais moi-même étonné du climat idéalement tempéré des régions de Seattle et de Vancouver, alors qu'aucun équivalent du Gulf Stream ne caresse ces régions. En réalité, c'est l'air qui amène de la chaleur des tropiques, pas la mer, tout comme pour l'Europe.

L'auteur ne nie pas un léger effet réchauffant du Gulf Stream, mais secondaire, ce qui fait qu'un ralentissement de son cours ne saurait générer d'effet catastrophique... Tout au plus un petit refroidissement des zones côtières (NDLR : ce qui ne ferait pas mon affaire du tout).

L'article se conclue avec un "Les légendes ont la vie dure"...

mercredi, 11 octobre, 2006  
Blogger Luc said...

@ Patrick : Hé hé hé ... Le raisonnement que tu décris n'est pas faux, mais il omet un point très important qui aboutit à une conclusion erronée.

J'explique :

Tu as raison de dire que les vents dominants et leur température jouent un rôle important sur le climat. C'est l'évidence même. Si on regarde la carte des vents dominants, on constate effectivement que l'Europe bénéficie d'un courant d'air en provenance des tropiques.

Jusque là, on est d'accord.

Là où on n'est plus d'accord, c'est quand ton gars oublie opportunément de rappeller que, sur un trajet pareil, l'air prend progressivement la température de ce qu'il survole. Si il fait tout son trajet sur un courant d'eau chaude, comme c'est le cas actuellement avec le Gulf Stream, il arrive en Europe en amenant des calories. Si, par contre, le Gulf Stream s'arrête et que la température de l'Atlantique Nord refroidit fortement, l'air qui va nous arriver des tropiques à ce moment-là sera froid.

Incidemment, si le Gulf Stream s'arrête, je ne suis pas sûr du tout que ce vent dominant va perdurer.

Voilà : c'est ce petit "détail" que ton auteur avait opportunément omis de prendre en compte, de façon à se faire remarquer en écrivant tout content sa punchline dont il est tout fier : "Les légendes ont la vie dure"

Si tu veux en savoir plus sur le mécanisme des régulations thermiques océanes planétaires, je te recommande la lecture de Thermohaline circulation et de Shutdown of thermohaline circulation.

samedi, 14 octobre, 2006  
Blogger Cédric said...

Ouais bah ca c'est du cassage, je suis d'accord avec toi luc

jeudi, 08 mars, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home