jeudi, septembre 29, 2005

the Younger Dryas



Il y a 14.700 ans, la Terre est sortie très brutalement de la dernière ère glaciaire qui avait duré près de 100.000 ans. En quelques années (pas plus de 10 ans), la température est remontée de plus de 10 degrés, pour rejoindre un optimum climatique connu sous le nom de "Bölling-Allerød". Et les glaces se sont mise à fondre partout.

Mais, 900 ans plus tard, il y a 12.800 ans, la Terre a replongé dans une époque glaciaire et y resta pendant 1.200 ans. Cet épisode est connu sous le nom de "the Younger Dryas".

A la fin de cette période, la sortie de cet épisode glaciaire fut de nouveau extrêmement brutal. On estime que la température est montée de 10°C en 10 ans au plus.

Ces phénomènes s'appellent les changements de climat abrupts.

Les causes de la brutalité et de la rapidité de ces changements climatiques ne sont pas encore connues avec certitude, mais toutes les théories à ce sujet mettent en cause des modifications brutales des courants océaniques, qui on un rôle prépondérant dans la régulation thermique des continents. On réalise à présent les conséquences climatiques désastreuses des caprices du courant océanique "El Niño" dans le Pacifique ...

Par exemple, tout le monde sait que la douceur du climat de l'Europe est dûe à 100% à l'influence du Gulf Stream. Si ce courant décide de modifier son parcours, on de s'arrêter tout simplement, la France aura le climat du Canada (Montréal et Lyon sont à la même latitude !).

Donc, soyez-en bien conscient, quand on parle de changement climatique, ça peut être beaucoup plus rapide et beaucoup plus brutal que ce que vous pouvez penser ...

12.800 ans, c'est hier.

Pour en savoir plus :
1. Younger Dryas (Wikipedia)
2. Abrupt Climate Change (NOAA)
3. Abrupt Climate Change (Ocean and Climate Change Institute)
4. What scientific evidence do we have that abrupt climate change has happened before? (Lamont-Doherty Earth Observatory)
5. Abrupt Climate Change: Inevitable Surprises (Amazon.fr)
6. The Two-Mile Time Machine: Ice Cores, Abrupt Climate Change, and Our Future (Amazon.fr)
7. Climate Crash: Abrupt Climate Change And What It Means For Our Future (Amazon.fr)

Crédit photo : Lamont-Doherty Earth Observatory

Libellés :

5 Comments:

Blogger Jack said...

Montréal est à la latitude de Lyon, c’est sûr. Mais pour être complétement honnète dans l'analyse des différences il faut parler du Gulf Stream et aussi du courant froid du Labrador, qui augmente d'autant la différence de climat de ces 2 villes.
Ce rappel des variations climatiques majeures et brutales survenues hier, avant la multiplication des hommes et l'ère industrielle peut inciter au fatalisme.
Il peut montrer qu'il est vain de penser que notre activité a une quelconque importance, car tôt ou tard pour une raison extérieure qui nous échappe encore, nous subirons de plein fouet une variation brutale de la température en + ou en -.
Ce moment venu, la population humaine subira comme toutes les autres espèces un choc, qui au mieux la redimensionnera, et au pire la fera totalement regresser.

jeudi, 29 septembre, 2005  
Blogger Luc said...

Jack tu as mis le doigt dessus : l'hypothèse généralement retenue pour expliquer ce changement brutal de température est précisément l'arrêt du Gulf Stream. Donc, sans Gulf Stream, la comparaison entre Lyon et Montréal prend tout son sens.

vendredi, 30 septembre, 2005  
Blogger Didier Swingedouw said...

Je pense que l'analyse donnée ici est un peu exagérée, et je pense qu'il n'est plus besoin de catastrophisme éhonté pour faire prendre conscience aux gens des dangers liés au réchauffement climatique.
Premier point : attribuer au Gulf-Stream le fait que Lyon et Montréal n'ont pas le même climat est un peu réducteur, en effet la principale différence entre ces deux climats est liée à l'existence de vents atmoshériques allant de l'ouest vers l'est (storm track) et qui font bénficier à Lyon d'un climat adoucit par l'océan contrairement à Montréal pour qui les masses d'air provienne du continent, plus froid que l'océan en hiver.
Deuxième point : Les dernières prévisions montre que si le Gulf Stream s'arrête, son effet de refroidissement sera plus faible en valeur absolue que le réchauffement dû aux gaz à effet de serre. Conclusion: pas de refroidissement massif, seulement l'atténuation de l'effet du réchauffement.
Cependant modifier les courants marins est le climat est un jeu dangereux qui peut réserver des surprises...

samedi, 25 mars, 2006  
Blogger tremplin-energie said...

bonjour,
je vais peut etre poser une question idiote mais en observant un jouet à bascule de ma fille j'ai pensé à une autre conséquence du réchauffement globale.
La glace emprisonne une masse importante d'eau aux extrémités de notre globe. Si ces masses fondent elles vont se déplacer vers d'autre zone (élévation du niveau des oceans).
Ma question : en déplaçant de telles masses d'eau, ne risque t'on pas de perturber la rotation de la terre et en tout cas son axe ?
Nous n'avons peut etre pas encore imaginé le pire.
La Terre est costaud et se guerira par un nouvelle équilibre, mais nous serons nous capables de survivre dans ce nouvelle équilibre ???

vendredi, 09 novembre, 2007  
Blogger Luc said...

@ tremplin-energie : l'effet gyroscopique de la rotation de la Terre sur son axe rend pratiquement impossible une modification de l'orientation de son axe de rotation.

Donc, à priori, pas de souci de ce côté-là.

dimanche, 11 novembre, 2007  

Enregistrer un commentaire

<< Home