mardi, février 28, 2006

Le H5N1 contamine un chat en Allemagne



Un chat a été retrouvé mort au cours du week-end sur l'île de Rügen, en mer Baltique, au nord du pays, où la plupart des 100 cas recensés d'oiseaux sauvages infectés par la souche H5N1 ont été enregistrés, et la présence de la souche H5N1 de la grippe aviaire a été confirmée sur ce chat par l'Institut de Recherche Fédéral pour la Santé Animale.

C'est la première fois en Allemagne que le virus hautement pathogène est identifié sur un mammifère.

Selon le directeur du laboratoire, Thomas Mettenleiter, s'il est bien établi déjà que les chats mangeant des oiseaux infectés peuvent contracter la grippe aviaire, il n'existe à ce jour aucun cas connu de transmission du chat à l'homme.

En attendant, quand on nous raconte sur le site de la LPO que, je cite : "Dans l’hypothèse d’une ingestion de viande de volaille ou d’œuf contaminés et crus, le virus serait détruit par l’acidité du liquide gastrique.", il faut croire que l'acidité gastrique de l'homme est nettement supérieure à celle du chat. Non ?

Pourtant l'homme et le chat sont deux mammifères ... Cherchez l'erreur.

Pour en savoir plus :
1. Un chat en Allemagne porteur d'une forme du virus H5N1 (Libération)
2. Un chat contaminé par le H5N1 en Allemagne (Le Figaro)
3. Un chat contaminé par le H5N1 en Allemagne (Nouvel Obs)

Crédit photo : Keystone

5 Comments:

Blogger Patrick said...

Oui, mais les chats ne cuisent pas leur poulets à 60 °C... CQFD.

Bon. C'est décidé : je vais arrêter de manger du chat.

mardi, 28 février, 2006  
Blogger Jack said...

Bon c'est pas drôle Patrick.
Je tiens à ma chatte qui vit en toute liberté dans la maison et dans le jardin.
Si j'attrape la grippe aviare çà n'est pas grave, mais si c'est mon chat çà me ferait beaucoup de peine.

mercredi, 01 mars, 2006  
Blogger Luc said...

C'est d'autant moins drôle qu'un agriculteur vient de me raconter ce soir qu'il avait trouvé cette semaine deux canards morts et un cygne mort dans la sorgue qui passe à Saint Saturnin les Avignon, mais qu'il avait préféré ne rien dire à personne pour ne pas affoler les populations ...

mercredi, 01 mars, 2006  
Blogger Jack said...

Là où nous sommes situés, il faut s'attendre à trouver des migrateurs, la Camargue et la vallée du Rhône sont une véritable autoroute à palmipèdes.
Cela dit, les canards peuvent aussi mourir d'autre chose que de la grippe aviaire, en l’absence d’analyses !
Les humains aussi d’ailleurs.
Lorsqu'on entend que l'épidémie de la Réunion a fait 50 à 60 morts directes ou indirectes ces 6 derniers mois, il faudrait comparer ce chiffre avec le nombre normal de décès à la Réunion sur la même période : le chiffre tout seul ne veut rien dire.
La centaine de victimes humaines de la grippe aviaire pour y revenir, comparée aux nombres de morts quotidiens victimes du CIDA dans la seule Afrique n'est qu'une goutte d'eau dans la mer.
Rarement les journalistes donnent des chiffres en donnant le cadre qui permettrait de mesurer sa valeur objective.
Chaque matin nous montons dans notre voiture sans rechigner en acceptant d'immenses risques par rapport à ceux qui nous occupent en ce moment.
La vie est sacré, mais elle ne l’est que parce qu’il faut mourir un jour...
Restons tout de même vigilants, sans paniquer.
Je ne résiste pas à vous citer S&A et Dusko Ehrlich :
« Chaque individu a plusieurs milliers d’espèces différentes dans son intestin et le nombre de cellules bactériennes dans notre corps est 10 fois plus grand que celui de nos propres cellules ! Un extraterrestre nous observant serait ébahit par l’intelligence de toutes ces bactéries qui sont parvenues à trouver un véhicule aussi efficace que notre corps pour vivre »

jeudi, 02 mars, 2006  
Blogger Betty said...

Patrick a dit…
Bon. C'est décidé : je vais arrêter de manger du chat.

... il suffit de le cuire à 60°....

vendredi, 03 mars, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home