mercredi, août 10, 2005

A propos d'aide humanitaire ...



Face à la famine, la première réaction spontanée c'est, comme Bernard Kouchner en 1992 en Somalie, de débarquer avec des sacs de riz sur l'épaule.

Cette politique est désastreuse pour l'économie locale. En effet, pour un paysan du pays qui arrive au marché pour essayer de vendre sa récolte, comment voulez-vous qu'il arrive à vendre quoi que ce soit, si, de l'autre côté de la rue, un camion de l'ONU distribue gratuitement des sacs de riz à tour de bras ?

C'est du bon sens.

La politique Américaine, par exemple, qui écoule ses surplus de production agricole en inondant le continent Africain d'aide humanitaire, c'est peut-être bon pour le paysan du Middle West qui s'en met plein les poches, mais ça asphyxie l'économie locale. Et non seulement ça empêche l'agriculture locale de se développer, mais ça tue même l'agriculture existante, incapable de de battre face à du blé gratuit.

Par ailleurs, si on envoie de l'argent, cela ne fait qu'accroître la corruption locale et les comptes en Suisse des hommes forts au pouvoir.

Alors, que faire ?

(1) Cesser toute aide par envoi d'argent ou de nourriture (sauf en cas d'urgence, bien sûr).

(2) Mener une multitude d'actions directes, ciblée sur tel ou tel village, pour les aider à s'en sortir par eux-mêmes.

Donnez un poisson à un chinois, il fera un repas. Apprenez-lui à pêcher, il mangera toute sa vie.

Pour en savoir plus :
1. Economist Blames Aid for Africa Famine (Yahoo news)

Crédit photo : AP

5 Comments:

Blogger genorb said...

Je suis assez d'accord avec toi, sauf que dans ta derniere phrase "Donnez un poisson à un chinois, il fera un repas. Apprenez-lui à pêcher, il mangera toute sa vie.", je n'aurais pas pris l'exemple d'un chinois, car dans 10 ou 20 ans c'est eux qui vont nous bouffer tout cru!

jeudi, 11 août, 2005  
Blogger Luc said...

Pour les chinois, je suis assez d'accord avec toi. Mais la citation originale c'était avec un chinois, pas un éthopien.

jeudi, 11 août, 2005  
Blogger genorb said...

Comme quoi les temps changent, on ne lancerait plus une phrase comme ca aujourd'hui concernant les chinois :).

jeudi, 11 août, 2005  
Blogger Luc said...

On est bien d'accord !

jeudi, 11 août, 2005  
Blogger nico67 said...

J'ai tendance à être assez d'accord avec ce qui a été dit. Sachant qu'en plus, j'ai vu un peu l'ambiance de travail de certaines associations humanitaires en Afrique. Il y aurait à redire. Je suis en train en ce moment de monter une opération au Burundi. D'aucuns l'appellerait "humanitaire", mais je n'aime pas le terme. Je dois partir au mois d'avril pour encadrer un stage sportif au Burundi. Stage qui doit nous permettre de former des enseingnants en mesure par la suite de mener des actions autonomes d'animation des quartiers où des miliers d'orphelins (guerre et sida) sont livrés à eux-même. Je cherche entre autre des moyens logistiques pour faire parvenir du matériel pédagogique. Si vous avez des idées, je suis preneur. Voici la page du mon site où je présente le projet.
http://www.nicolas-messner.com/site/page_168.php

@ bientôt

Nico

vendredi, 20 janvier, 2006  

Enregistrer un commentaire

<< Home