vendredi, mai 27, 2005

L'énergie éolienne pourrait suffire aux besoins de la planète



D'après une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research-Atmospheres, le potentiel éolien exploitable à travers le monde serait de 72 térawatts. Un bilan supérieur à ce l'on croyait jusqu'alors. Pour l'Université de Stanford, à l'origine de ce calcul, il suffirait d'exploiter une petite partie de ces ressources, environ 20 %, pour satisfaire les besoins en électricité de la planète. En 2001 par exemple, la consommation électrique mondiale était d'environ 1,7 terawatt.

Etablie pour connaitre les gisements éoliens les plus prometteurs et optimiser l'implantation international des hélices, cette carte des vents inédite intègre les données de 8 000 anémomètres répartis autour du globe. Outre les mesures prises à la surface du sol ou des océans, l'étude inclut les relevés de 500 ballons météo laissés à 80 mètre d'altitude. La hauteur moyenne de rotation des éoliennes.

Selon ce véritable atlas des courants d'air, c'est en Mer du Nord, dans la région des grands lacs nord-américains, à la pointe de l'Amérique du Sud et en Tasmanie que se trouvent les vents les plus puissants. Reste à implanter les centrales.

Pour en savoir plus :
1. Beaucoup de vents pour l'éolien (Futurinc)
2. Global Wind Map May Provide Better Locations For Wind Farms (American Geophysical Union)
3. Turbines away! UK's first offshore wind farm is launched! (Greenpeace)

Crédit photo : Risø National Laboratory et merci à Maxence pour l'info et le lien

5 Comments:

Blogger Jack said...

Je t’invite à lire ce que dit
Jean-Marc Jancovici au sujet de l’éolien, ses chiffres semblent contredire totalement ceux-ci.
A moins qu’une nouvelle génération d’éolienne, qui multiplie leur production, quelqu’un doit se tromper dans ses calculs…

samedi, 28 mai, 2005  
Blogger Luc said...

Bon, j'ai été lire la page de Jean-Marc Jancovici sur l'éolien, et elle dit en substance que, pour convertir la puissance installée en Watt/heures sur l'année, il faut prendre un coefficient 2000 au lieu d'un coefficient 8760 (365 jours x 24 heures) pour tenir compte des variations du vent.

Bien.

L'article de l'American Geophysical Union raisonne en Téra Watts au niveau mondial, et Jancovici en TéraWatt/heure au niveau français.

Donc, restons au niveau français. D'après l'International Energy Annual 2002, en 1997, la production française d'électricité a été de 475 TWh, et d'après Jancovici de 506 TWh. Bon, ça colle.

Donc, les chiffres correspondent bien. Le seul sujet c'est je pense au niveau des kilomètres carrés nécessaires.

Au passage, notons que la beauté de l'éolien c'est que ça marche plein pot en hiver, donc là où tu en as le plus besoin, de l'énergie !

Jancovici dit "Concrètement la densité de puissance nominale installée dans un champ d'éoliennes situé dans une zone favorable est de l'ordre de 10 MW par km2". Je pense que le problème est là. Si on se base, par exemple sur les infos données par Greenwind Power Corp, une ferme éolienne typique va installer 20 éoliennes au kilomètre carré, et la puissance d'une éolienne est de 0,6 à 2,4 MW. Donc, on obtient une puissance installée de 13 à 52 MW par km2, et non pas 10 MW par km2.

Du coup, bine sûr, si on prend l'hypothèse haute à 52 MW par km2, il faudrait installer, non plus 25000 km2 sur le territoire français, mais 4800 km2. Bon, ça devient un peu plus raisonnable, d'un coup, tu ne trouves pas ?

samedi, 28 mai, 2005  
Blogger Jack said...

Bien, donc la différence, vient de la densité au km² considérée, c’est vrai que celles que l’on voit au bord de l’A7, sont assez rapprochées.
Tu fais une judicieuse remarque sur l’hiver et le vent.
Je me demande moi aussi pourquoi tout le long de la vallée du Rhône où comme chacun sais, il fait un froid de canard dés que le mistral se déchaîne en hiver, en calculant bien on devrait pouvoir effacer toutes les pointes de conso de chauffage induites par le Mistral, avec le Mistral, sauf que :
toutes les courbes de puissances tombent à zéro au delà d’une certaine vitesse de vent, car les éoliennes sont mises en drapeau par sécurité. Il faudrait des éoliennes de « compétition » étudiées pour les vents très violents et irréguliers.

samedi, 28 mai, 2005  
Blogger Patrick said...

Avez-vous remarqué qu'en France, les champs d'éoliennes sont toujours sur des lieux de passages très fréquentés, comme "mis en vitrine" ? En fait, l'EDF se fend de quelques champs ça et là (mais bien en vue) pour démontrer qu'ils sont très écolos et qu'ils exploitent bien les énergies "nouvelles". Mais derrière, nos 58 centrales nucléaires crachent des TéraWatts à plein régime - et c'est heureux, car sinon, on aurait quelques problèmes énergétiques !

samedi, 04 juin, 2005  
Blogger Luc said...

Tu connais la province de Navarre, en Espagne ? Eh bien 42 % de son énergie électrique est d'origine éolienne !

Pas mal, hein ?

samedi, 04 juin, 2005  

Enregistrer un commentaire

<< Home